Edition 2016

On dit souvent que le plus dur c’est de confirmer… La jauge en recul du vendredi, malgré deux têtes d’affiche dans leur style Alborosie et The Avener, pouvait le laisser croire. Mais c’était sans compter sur la jeunesse triomphante de Naâman et Synapson, qui signe un record de fréquentation pour un samedi… sous la pluie. Et enfin l’apothéose, avec plus de 12500 personnes, venues admirer le virtuose Ibrahim Maalouf, les 4 compères de Tryo avec leur impeccable mise en scène et l’une des dernières légendes vivantes du rock Iggy Pop. Confirmé et pas qu’un peu !!!

Edition 2015

Une édition pour l’histoire… Birdy Nam Nam vient prendre une revanche après le RDV manqué de 2013, alors que Chinese Man retourne le champ devant une foule record. Le samedi, Tiken Jah Fakoly électrise le Touron, juste avant que Goran Bregovic ne provoque une vague de folie, qui oblige l’organisation à renforcer les barrières en nez de scène. 2015 marque par ailleurs le passage du festival à trois jours. La raison : un certain Manu Chao qui propose de venir jouer le dimanche, pour une date unique en France durant l’été. Soirée à guichets fermés, concert exceptionnel d’intensité, c’est pour des moments comme celui-là qu’on fait ça !

Edition 2014

Marseille s’invite régulièrement à Gignac. Cette fois, c’est en grande pompe avec le Massilia Sound System, qui après 6 ans d’absence, décide d’un nouveau départ à L’Ecaussystème. Deux morceaux partagés sur scène avec Dub Inc, dont c’est le retour au festival et voilà un nouveau record de fréquentation qui tombe le vendredi. Le samedi –M– prend le pouvoir, le guitare héro français est fidèle à sa réputation de performeur. Deluxe teste le concert avec coupure d’électricité, une belle impro inédite en prime !

Edition 2013

Une première soirée qui promet d’être militante et engagée, avec une Kenny Arkana très attendue. Finalement, « La Rabia del Pueblo » ne s’exprimera pas, la faute à une alerte orange de Météo France, qui renvoie les festivaliers sous la tente et fait rougir les yeux des bénévoles. D’autres larmes couleront le lendemain, celles-là résultent de l’immense prestation d’Asaf Avidan, tout en émotion. Avant cela Birdy Nam Nam, aura dû déclarer forfait quelques minutes seulement avant l’ouverture des portes…

Edition 2012

10 ans déjà ! Naissance du Off et plein soleil sur Gignac, la commission programmation a mis les petits plats dans les grands. Au menu du vendredi, elle propose un Jimmy Cliff frais comme un gardon, suivi d’un Groundation bien relevé. Festin de roi le samedi, après une mise en bouche sautillante offerte par Zebda, place à l’explosion Shaka Ponk. Il ne restera que de la poussière sur le dancefloor pour accueillir les C2C, qui clôtureront magistralement une édition de tous les records !

Edition 2011

Alors que le vendredi Chinese Man, Danakil et Asa auront assuré une soirée remarquable, le lendemain Cali déambule dans les allées du marché éco-citoyen. Il en profite pour animer le stand du Chef Raoni pour la sauvegarde de la forêt Amazonienne. Malheureusement, deux heures plus tard, comme pour nous rappeler que le climat est malade, un violent orage déverse l’équivalent d’un mois de pluie en deux heures. La prairie du Touron est noyée, impossible de maintenir le concert dans de telles conditions…

Edition 2010

Il faut rebondir… IAM se charge de remettre la musique au centre des préoccupations, sabres lasers au poing et « chambrage » des supporters bordelais (parenthèse football), les marseillais prouvent qu’ils restent l’un des groupes majeurs de la scène Rap en Française. La samedi, Jacques Dutronc déballe les tubes sur la prairie du Touron. La Journée Ecaussitoyenne accueille également un grand Monsieur : Jean-Marie PELT.

Edition 2009

Record de fréquentation pour le vendredi avec un Keziah Jones des grands soirs et un Femi Kuti de Gala ! Alors que la soirée du samedi s’annonçait prometteuse, la météo décide de s’en mêler. Un orage est annoncé sur Gignac, les autorisations administratives sont retirées, la soirée doit être annulée. Terrible désillusion, atténuée par l’initiative du MAP, qui décide de donner un concert improvisé pour les bénévoles dans la salle des fêtes. Inoubliable moment de convivialité et de partage.

Edition 2008

Nouvelle étape le vendredi, la programmation s’ouvre aux musiques électroniques, mais c’est le samedi qui enregistre un record de fréquentation avec 7000 personnes ! Emir Kusturica enflamme le site, et Dub Inc retient les couches tôt qui s’apprêtaient à partir. En ouverture, 20Syl et Hocus Pocus proposent un hip hop d’un autre genre. Il conviendra pour l’avenir de renforcer les équipes en limite d’effectif…

Edition 2007

La grande famille des Ogres de Barback partage l’affiche avec les cousins de Debout Sur le Zinc, et la soirée du vendredi sonne comme une invitation à la fête. Le samedi, Alpha Blondy quitte la scène sur le dos du Régisseur Général, après 2 heures de concert. Il ne cessera de chanter qu’une fois dans sa loge et finira par rendre le micro au terme du show qui restera dans les annales du festival !

 

Edition 2006

Année de stabilisation. Le site de la prairie du Touron est repensé pour un meilleur accueil des festivaliers, les prémices des parkings et du camping sont mis en place. Artistiquement, le public s’envole pour un tour du monde avec Lo’Jo et vibre au rythme de la « Salsamuffin »  du Sergent Garcia ! Autre temps fort au cœur du village,  la Journée Ecaussitoyenne s’étoffe pendant le tremplin perpétuent la tradition d’accueil des groupes découvertes sur la place Saint Martin.

Edition 2005

Premier virage, le parking de la salle des fêtes étant devenu trop petit, l’organisation déménage à quelques encablures de là, pour investir la prairie du Touron. Un amphithéâtre naturel des plus adapté pour accueillir une première légende à Gignac : David Hinds et Steel Pulse ! Le festival double sa fréquentation, dégage un peu de trésorerie pour envisager plus sereinement l’année suivante.

Edition 2004

Alors que l’association Ecaussystème vient d’être créée quelques mois plus tôt, la deuxième édition s’organise en août, grâce à une bourse obtenue dans le cadre du défi jeune. La pluie, qui tombe à torrent au moment des balances, cesse comme par magie à l’ouverture des portes, pour laisser place au concert survolté de Babylon Circus, devant près de 2000 spectateurs.

Edition 2003

Au départ, quelques jeunes désireux d’apporter leur contribution au dynamisme du village, décident d’intégrer le comité des fêtes de Gignac, afin de proposer des animations orientées vers la « jeunesse ». Comme l’appétit vient en mangeant, rapidement, ce qui était au départ qu’un simple concert, se mue en un petit festival de deux jours : L’Ecaussesystème (nom d’origine) est né !